Top 15 des meilleurs mangas de tous les temps

S’il est une chose que nous envions énormément à la culture japonaise, c’est bien sa tradition de bande dessiné populaire appelée manga. Étymologiquement, le mot est dérivé de la logographie kanji. Il désigne une esquisse fantaisiste, une image frivole sans prétention profonde, une espèce de caricature. Dans la littérature nippone, le manga est une catégorie à part entière qui peu s’apparenter au rang qu’ont pris les dessins animés au sein de l’édition française. C’est un genre particulier qui a fini par s’imposer dans les esprits de l’archipel en gagnant une certaine respectabilité. En fait, le mouvement des Gekiga a fortement contribué à son ascension. La trame sérieuse et dramatique des Seijin a permis aux premiers auteurs de conquérir les terres continentales. Se faisant, ils ont ensuite ouverts la voix occidentale à des styles moins conventionnels et explicitement centrés sur les intérêts modernes de la jeunesse. Ainsi, les rayons de nos librairies sont aujourd’hui remplis de Shōnen et de Shōjo qui bouleversent les codes de l’animé japonais en modifiant fièrement son ADN originel. Plus entrain à manier la fantaisie, la science-fiction, la magie, le robotisme et la violence; les mangaka sont devenus de véritables contrepoints à l’hégémonie industrielle américaine en matière de littérature et de cinématographie. Je vous propose donc de redécouvrir les titres qui ont marqués durablement le genre via leurs influences grâce à notre top 15 des meilleurs mangas de tous les temps.

Dragon Ball est un manga de type Shōnen créé en 1984 par Akira Toriyamaen. Son succès durable lui a valu une longévité extraordinaire qui s’étend sur 42 volumes. Ce titre a complètement redéfini le traitement du genre de l’aventure abordant la science fiction et les arts martiaux. Initialement édité sous forme d’album par la maison d’édition Shūeisha jusqu’en 1995, Dragon Ball a fasciné toute une génération de français depuis son introduction dans les feuillets de Glénat en 1993. Le fil narratif surprenant de ses épisodes ont éduqués des armées de néophytes dans le monde entier. Il faut se souvenir que son contenu violent et explicite était beaucoup critiqué à l’époque. C’est sans doute ce qui a expliqué la vigueur du bouche à oreille à son sujet.

Berserk est un manga étiqueté Seinen de 35 tomes. Il a été crée en 1989 par Kentaro Miura. La première diffusion des 25 épisodes de la série d’animation inspiré par la BD s’est faites de 1997 à 1998 sur Studio 4°C; après le rachat de la licence d’exploitation par le studio OLM. Il est aujourd’hui considéré comme un pure chef d’oeuvre par les connaisseurs. Son histoire raconte la vie mouvementé d’anciens guerriers vikings possédés par la rage d’un esprit divin. Son genre très cru est encensé par un univers unique au style médiéval fantastique. Berserk aborde beaucoup de sujets très sensibles qui ne sont pas vraiment destinés aux enfants. Son scénario n’hésite pas à mettre en scène des personnages sans âmes, des hommes sauvages très peu affectés par les bonnes moeurs. Certains protagonistes sont capables des pires atrocités à l’image des êtres réels qui peuplaient la planète à cette époque.

Ghost in the Shell est un manga policier cyberpunk de type Seinen, créé en 1989 par Masamune Shirow. La même année, il fut publié pour la première fois dans le prestigieux Young Magazine avant de s’imposer sur deux volumes jusqu’en 1991. En France, c’est encore l’excellent éditeur Glénat qui s’est chargé de le traduire et de le commercialiser. Le scénario futuriste de Ghost in the Shell fait référence à l’âme humaine présente dans le corps des cyborgs. Une forme de vie qui se meut par l’intermédiaire d’un réseau informatique. L’histoire complexe de cette bande dessinée anticipe l’évolution d’internet et montre la traque d’un criminel qui manipule les êtres humains à distance grâce à ses connaissances en matière de haking. Les références de Masamune sont innombrables et clairement littéraires. On rapproche souvent son oeuvre à L’Ève future d’Auguste de Villiers de L’Isle-Adam.

Akira est un manga de science fiction étiqueté Seinen. Il a été créé en 1982 par Katsuhiro Ōtomo avant d’être publié en 6 volumes par l’éditeur Kōdansha jusqu’en 1990. C’est l’un des pionniers de l’exportation de la culture « animé » vers l’occident. Traumatisé par Hiroshima et Nagasaki, l’auteur a plongé son univers dans un environnement post-apocalyptique hostile qui raconte la mystérieuse destruction de Tokyo par des bombes nucléaires. Dans un contexte de conflit inofficiellement déclaré, les événements s’enchaînent vers une troisième guerre mondiale qui précipitera le monde dans un abysse sans fond. Le symbole le plus emblématique d’Akira est la moto de Kaneda qui a clairement servi de modèle aux véhicules du film Tron de Steven Lisberger et plus tard de Tron: L’Héritage réalisé par les studios Disney. Akira est un classique du genre qui restera longtemps indétrônable.

20th Century Boys est un manga dramatique de type Seinen créé par Naoki Urasawa. Entre 1999 et 2006, le titre a été publié en 22 volumes dans le magnifique magazine de Big Comic Spirits. Son histoire raconte les péripéties d’un groupe d’amis qui, plus jeune, s’était amusé à circonscrire un récit de science fiction prémonitoire dans un cahier de prédiction rédiger dans un endroit secret. Une fois devenu adulte, Kenji Endô apprend que Donkey, un ancien membre de son groupe, s’est suicidé. Il se retrouve alors embarquer dans une secte morbide qui s’est mis en tête de réaliser la liste des catastrophes écrites par ses anciens camarades de jeu.

Gunnm est un manga cyberpunk de type Seinen créé par Yukito Kishiro. Ses 9 volumes ont été présentés pour la première fois en 1990, dans le magazine Business Jump. Il s’agit d’une contre-utopie de science-fiction particulièrement sombre. Autant vous dire tout de suite que la BD n’est pas à mettre entre toutes les mains. Son scénario prend place sur une planète à la surface décimée par un astéroïde. Cette catastrophe a forcé l’humanité survivante à se réorganiser dans le grand bidonville de Kuzutetsu et l’énigmatique cité dans le ciel nommée Zalem. Ces lieux antinomiques dépeignent deux populations rivales qui ne se croisent quasiment jamais. La décharge offre un monde gangrené par la violence et l’anomie. Ses habitants sont allègrement exploités par les citoyens de Zalem qui y installent des usines, pour profiter de la main d’oeuvre bon marché, et y envoient des guerriers chargés d’anéantir toute rébellion dans le sang.

One Piece est un manga de type Shōnen crée en 1997 par Eiichirō Oda. Il a récemment atteint les 80 volumes depuis ses premières publications dans le magazine mythique de Weekly Shōnen Jump. Son histoire retrace les aventures d’un équipage de pirates dirigée par le fameux capitaine Monkey D. Luffy. Celui-ci a pour objectif de retrouver la trace du trésor de Gold Roger, un ancien seigneur qui régnait sur l’ensemble de la piraterie vingt ans auparavant. S’il arrive à s’emparer de « la pièce », le capitaine pourra donc à son tour prétendre devenir roi. Avec 300 millions d’exemplaires vendus à travers le monde, One Piece est la bande dessinée japonaise qui a rencontré le plus grand succès de tous les temps. Il est impossible de passer à coté.

Saint Seiya, ou Les Chevaliers du Zodiaque, est un manga mythologique de type Shōnen écrit et dessiné par Masami Kurumada. Ses 28 volumes ont été publiés sur 4 ans, entre janvier 1986 et décembre 1990. C’est l’éditeur Kana qui a révélé ce chef d’oeuvre au publique français. L’univers fantastique de Saint Seiya s’appuie sur la littérature grecque et la culture astrologique populaire. Son histoire met en scène les soldats d’Athéna missionnés de protéger la terre des forces du Mal. Dans un combat sans merci avec leurs doubles maléfiques, les différentes castes de chevaliers au service de la déesse vont devoir accomplir leur tâche au péril de leur vie. L’enchevêtrement magnifique des épisodes explique l’immense succès qu’a connu ce titre au japon. On retiendra surtout le jeu d’auteur sur la conception des armures légendaires, qui vont plus tard devenir les symboles de la série.

Death Note est un manga psychologique de type Shōnen scénarisé par Tsugumi Ōba et dessiné par Takeshi Obata. Ce long thriller sanguinaire a été publié en 13 volumes dans la revu Weekly Shōnen Jump entre 2003 et 2006. Son scénario est basé sur l’affrontement de Light Ygami et le mystérieux « L ». Après avoir trouvé un bloc note sur le sol qui appartenait au dieu de la mort Ryûk, Light découvre qu’il possède le pouvoir de tuer des gens qu’il connait. Il se met alors en tête d’exterminer des criminels pour « faire le bien ». Malheureusement, il va très vite être considéré lui même comme un tueur en série qu’il convient de traquer pour le mettre hors d’état de nuire. Death Note est une représentation moderne de la problématique du dualisme entre bien et mal. Il s’agit d’une réflexion sur la culpabilité et la punition dessinée sous la forme d’une série surnaturelle, originale et surprenante.

City Hunter, ou Nicky Larson, est un manga policier de type Shōnen crée en 1985 par Tsukasa Hōjō. Sa trame est compilée sur 35 volume publiée par la maison Shūeisha jusqu’en 1996. En France, c’est l’excellent éditeur Panini qui s’est chargé de le faire connaitre à ses futurs adeptes. Le synopsis de ce titre se focalise sur la relation de désir qui s’installe entre Ryô Saeba et Kaori Makimura. Le premier est un malfrat qui multiplie les larcins et les meurtres. Il accepte tous les contrats au coté de Hideyuki Makimura, son partenaire du crime. Lorsque celui-ci est assassiné par un gang rival, sa sœur prend sa place et bouleverse les mauvaises habitudes de Ryô. La proximité ambiguë des protagonistes dépeint des liens de subordinations complexes et assez sombres.

Shingeki no Kyojin, ou l’attaque des titans, est un manga dystopique de type Shōnen réalisé par Hajime Isayama. Son histoire tragique a été publié pour la première fois en 2009, dans le magazine de collection Bessatsu Shōnen. Son univers reprend certains aspects de la mythologie grec dans le défi que les monstres, déchaînés des entrailles de la terre, ont lancés aux dieux de l’Olympe. Shingeki no Kyojin raconte le combat d’Eren qui souhaite venger la mort de sa mère en pourchassant les titans responsables du carnage de 845. Son parcours le mènera vers la découverte d’un secret inattendu qui se cache derrière les murs interdits au peuple. Il semble que des humains peuvent se transformer temporairement en géant sans que personne n’en comprenne les causes. L’intrigue de ce titre est atypique et très bien ficelée.

Card Captor Sakura est un manga fantastique de type Shōjo créé en 1996 par les auteurs du groupe CLAMP. Ce concurrent historique du Shōnen Yu-Gi-Oh! comporte 12 volumes initialement publiés dans le splendide magazine Nakayoshi jusqu’en 2000. Son scénario suit les épreuves d’une jeune collégienne, Sakura Kinomoto, qui se retrouve condamnée à pourchasser les cartes tombées du Livre de Clow. Elle est douée de pouvoirs surnaturels qu’il lui faut maîtriser rapidement dans le but de retrouver chaque personnage encarté, l’affronter et le capturer. Son univers magique vacille entre la pensée stratégique et la légèreté comique. La représentation des expressions de personnages a considérablement orienté l’excentricité symbolique des opus similaires.

Fullmetal Alchemist est un manga d’aventure rétro-futuriste de type Shōnen créé en 2001 par Hiromu Arakawa. Il fut initialement publié en 27 volumes dans le magazine Shōnen Gangan jusqu’en 2010. Son scénario est dominée par les clins d’œil chimériques truffée de références historiques sur la discipline de l’Alchimie. Ses épisodes racontent le voyage de deux frères errants, Edward et Alphonse Elric, en quête de la pierre philosophale dans l’espoir de retrouver la pleine possession de leurs corps. En effet, après avoir tenté de ressusciter leur parents défunts, ils ont été rattrapé par l’implacabilité des lois de la science alchimique et ont perdu, soit des membres, soit l’intégralité de leur substance. Il vont alors devoir braver de nombreux obstacles pour retrouver une apparence humaine commode et enfin vivre une vie normale.

Naruto est un manga de type Shōnen réalisé par Masashi Kishimoto. Il a été publié pour la première fois en 1999. Il s’agit de la bande dessinée la plus plébiscité des temps modernes. Elle continue à être très appréciée par les puristes même si les dernières saisons ont un peu trahit l’originalité de départ de la série. Son histoire est aujourd’hui confinée dans 72 tomes édités par Shūeisha et officiellement traduit en français par la maison d’édition Kana. Le scénario retrace l’évolution de Naruto, un adolescent turbulent qui aspire à devenir Hokage. Avant de pouvoir intégré une équipe d’apprentis sous la bienveillance de son mentor Kakashi Hatake, il va devoir apprendre à maîtriser les bases de ses pouvoirs innés.

Astro, le petit robot, ou Astroboy, est un manga en 28 volumes de type Shōnen créé par le dieu du genre: Osamu Tezuka. Cet auteur est considéré comme le parrain symbolique de la BD nippone. Son influence a considérablement marqué l’histoire de la bande dessiné japonaise et fortement contribué à sa renommée internationale. Astro est une version revisitée du livre de Carlo Collodi nommé Pinocchio. Il fait la jonction entre le rêve d’humanité d’un robot et l’obsession nostalgique d’un père qui veut faire revivre son fils défunt Tobio. Il est très probable que le scénario de ce manga est inspiré Spielberg lors de la réalisation d’A.I. Intelligence artificielle. Le petit cyborg va grandir en héro. Il s’efforcera de combattre le mal pour faire régner l’Ordre et la Justice.

Cette liste fait bien évidemment fi de nombreux chefs d’œuvres et oublie volontairement des tonnes de séries cultes dans l’histoire du manga japonais. Mais, il faut bien faire des choix précis compte tenu de l’immensité du catalogue récent. J’ai essayé de respecter un certain ordre chronologique sauf lorsque celui-ci était débordé par l’audience spectaculaire des nouvelles sorties. Il faut noter que les années deux milles ont enregistrés des chiffres records en matières de ventes pour les éditeurs. Alors, bien-sur, les statistiques ne font pas la qualité d’une oeuvre mais ils donnent une bonne indication sur l’envergure de l’impacte culturelle provoquée par celle-ci. Et vous, quels sont vos mangas préférés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *