Top 16 des animaux les plus dangereux pour l’espèce humaine

Chaque année, des centaines de milliers d’hommes meurent à la suite de blessures causées par la morsure d’animaux sauvages ou en raison de maladies infectieuses colportées par des insectes. C’est un chiffre considérable au regard des efforts importants que les états modernes allouent au budget annuel consacré à la sécurité des villes et à la médecine. Alors qu’est-ce qui explique que notre espèce soit aussi vulnérable aux animaux dangereux ? La première réponse à cette question est la surpopulation humaine. En effet, l’augmentation démesurée du nombre d’humains en activité sur la planète explique logiquement le fait que certains lieux habités se retrouvent dans le collimateur directe de la faune sauvage. Beaucoup de scientifiques pensent aussi que l’esprit contingent de la nature est une fatalité qui cherche à s’équilibrer inconsciemment en régulant le taux d’hommes vivants sur la terre. Personellement, je dirais simplement que les bêtes sauvages tentent de survivre à leur condition précaire en se nourrissant dans les milieux où c’est encore possible de chasser. Afin d’en savoir plus sur ce thème passionnant, je vous propose de parcourir le top 16 des animaux sauvages les plus dangereux pour l’homme en dehors de sa propre espèce.

Le moustique est un insecte qui fait partie de la famille des Culicidae. Avec ses 725 000 victimes par ans, c’est de très loin l’animal le plus dangereux pour l’homme. Il sévis essentiellement en Afrique subsaharienne. La maladie la plus mortelle et la plus courante qu’il transmet est le paludisme. Il s’agit d’un parasite qui infecte les cellules hépatiques de notre corps en circulant dans les globules rouges pour les anéantir. Malgré l’avancé des connaissances médicinales et vaccinales, ce fléau continue à décimer des populations entières à cause du manque d’hygiène et de la pauvreté. C’est généralement la femelle moustique qui pique la nuit. Avec le temps, notre espèce est devenu la principale source de sang pour cette bestiole.


Le ver ascaris est un parasite extrêmement dangereux pour l’homme. Il se développe dans l’intestin et provoque la maladie ascaridiose. Il s’agit d’un animal qui voyage avec les eaux usées. Son expansion est facilité par la mauvaise hygiène. Il est d’abord présent dans les tropicales humides où toutes les conditions sont réunis pour qu’il se développe rapidement (eau et chaleur). Le ver ascaris peut atteindre jusqu’à 35 centimètres de longueur à l’âge adulte. Un peu comme le ver solitaire, il prend la forme ondulée des parois organiques qui l’accueille. Son apparence blanche et gluante lui donne une image franchement repoussante. Ce ver dégouttant fait plus de 60 000 morts par ans dans la population mondiale.


Le serpent est un reptile redoutable qui est connu pour la qualité exceptionnelle de son camouflage et la force incroyable qu’il déploie lorsqu’il attaque ses proies. Il tue environ 50 000 personnes par ans à cause de la substance venimeuse contenue dans les crochets de certaines familles de lissamphibiens. Son terrain de chasse privilégié se trouve dans les forets tropicales d’Asie du sud et les déserts arides du Sahara. La puissance empoisonnée du serpent a largement contribué à son image d’animal dangereux dans les arts et la littérature. Ses morsures nécessitent souvent l’inoculation de vaccins sous peine d’amputation.


Le chien est un mammifère qui appartient à la grande famille des canidés. Son rapprochement historique avec les premier sédentaires date de la période néolithique. Son caractère se prête aisément à l’apprivoisement. C’est un point essentiel qui lui vaut le rang de première espèce animale domestiquée par l’homme. Mais derrière ce beau titre, le chien reste l’une des première cause mortelle pour l’home à cause de sa proximité avec les familles humaines et la population urbaine en générale. Ses morsures transmettent parfois la maladie de la rage aux personnes qu’il attaque. On estime ses victimes au nombre de 25 000 sur une année.


La mouche tsé-tsé est un diptère qui fait partie de l’ordre des brachycères. Elle tue environ 10 000 personnes par ans. Il s’agit d’un insecte dangereux très répandue en Afrique australe. Les fermiers et les éleveurs d’animaux la connaissent bien à cause de sa réputation noire de ravageuse de bétail. En plus de décimer les troupeaux de ruminants, la mouche tsé-tsé est aussi le vecteur principal de la fameuse maladie du sommeil. En effet, ses piqûres injectent des parasites dans les parois de l’organisme et provoquent des ganglions surdimensionnés. Si elle n’est pas soignée à temps, elle entre dans un phase plus intense où le cerveau est endommagé au point de troubler les cycles naturelles du repos. Les patients en phases terminales sont généralement atteint de profondes confusions mentales, d’insomnies sévères et de comas irréversibles.


Les réduves sont des punaises abominables qui aspirent le sang de leurs victimes et dévorent la chaire de leurs proies. Ce sont des insectes effrayants qui transmettent la maladie de Chagas. Il s’agit d’un fléau parasitaire qui provoque des œdèmes, des accès de démence et des troubles digestifs de manière chronique. Ses symptômes mènent souvent les patients dans une situation de malnutrition aiguës, voir mortels. On estime qu’un peu plus de 9000 hommes succombent de ce mal chaque années. Les réduves sont présente en grande quantité dans l’Afrique du sud ainsi que sur les terres centrales du continent noir.


Les escargots d’eau douce sont des mollusques que l’évolution a mené hors de l’espace marin pour coloniser les étangs, les rivières et les lacs. C’est la race des schistosomes qui commet le plus de dégâts sur ses proies car elle transmet des varices ultra violentes qui entraînent des cas d’hémorragies internes très graves entre le cou et l’estomac. On lui attribue quelques 8000 victimes humaines annuelles. Vivant près des espaces urbanisés du Moyen-Orient et dans les sources d’eau qui alimentent les petits village d’Amérique du sud, l’escargot d’eau douce est l’une des principales causes de pandémies dans ces zones géographiques.


Le scorpion est un animal dangereux de la classe des arachnides. Les deux pinces volumineuses qui composent ses membres supérieurs font beaucoup penser à celles du crabe mais son aiguillon venimeux n’a aucun équivalent chez les arthropodes. Le venin qu’il injecte est si toxique qu’environ 3000 personnes décèdent de ses piqûres sur une année. Les espèces de scorpion les plus agressives ont élu domicile sous le sable chaud du Sahara. Néanmoins, certains spécimens partagent les territoires urbains du Maghreb avec les hommes. C’est ce qui explique le taux d’accidents élevé que l’on peut constater dans la région mentionnée.


Le crocodile est un reptile célèbre dans notre histoire à cause du rôle prédominant qu’il a joué dans les cultures grecs et la civilisation anté-islamique égyptiennes. Les « lézards » du Nil en sont un très bon exemple. Ces animaux sont connus pour foncer sur leur cible de manière sournoise en gardant leur corps immergé dans les étangs jusqu’à ce que leur immense gueule chope un membre des troupeaux sauvages assoiffés regroupés autour des oasis et des coins d’eau naturels. Ses crocs menaçants causent la mort de plus de 2000 personnes par ans. Sa mâchoire de plusieurs centaines de kilos est une véritable guillotine ambulante.


Les hippopotames sont des animaux classés dans la famille des mammifères même si leur code génétique les rapproches strictement des cétacés. Ces énormes brutes sont normalement herbivores mais il leur arrive de chasser et de dévorer de la viande fraîche. Même si leur anatomie n’est pas adaptée à un comportement carnivore, les hippopotames n’hésitent pas à défendre leur territoire et à engloutir tous ce qui se présente à eux pour peu qu’il ai faim ou que les circonstances les y invite. Il font presque 500 morts annuelles parmi les humains. Ces bêtes sauvages de plusieurs tonnes vivent la plupart du temps en Afrique, près des fleuves.


Le frelon est un insecte de la famille des Vespidae. Il s’agit d’une espèce très proche des abeilles mais sa taille peut doubler, voir même tripler par rapport à cette dernière. Les hommes vivants près de leurs ruches sont soumis à un risque de blessures notable bien supérieur à la moyenne. Les frelons sont beaucoup moins tolérants que leurs proches cousines et leur dard peut infliger une quantité de venin suffisante pour provoquer des allergies incurables ou des réactions d’irritations brutales qui se termine parfois en arrêt cardiaque. Ces animaux tuent près de 400 hommes chaque année.

Les éléphants sont des mammifères gigantesques qui possèdent une taille similaire aux légendaires mammouths (une race préhistorique désormais éteinte). Vivant en savane ou en foret, cette espèce se déplace en groupe et charge tous les intrus qui s’approchent un peu trop près de leurs progénitures. Ses pattes de plusieurs mètres et son poids de 7 tonnes ne laissent aucune chance de survie à ses victimes. Les hommes qui osent s’aventurer aux alentours de ces animaux sauvages le font souvent pour des raisons touristiques ou pour braconner. Les safaris et les sessions de chasse font plus de 100 morts par ans.


Les lions sont considérés comme les rois des mammifères carnivores. Leur force, leur allure de prince et leur comportement de prédateur intelligent leur procure une place d’espèce dominante sur les savanes africaines. Les meutes qui règnent sur les plaines chaleureuse des continents africains et asiatiques arrivent à se reproduire efficacement grâce à la technique de chasse collective extraordinaire développée par les femelles du groupe. Le poids d’un mâle adulte peut dépasser les 250 kilos. Je vous laisse imaginer la puissante d’un coup de griffe à l’abdomen. Comme la plupart des félins, les lions attrapent leurs proie à la gorge et les mordent avec un tel acharnement qu’une poignée de seconde suffit pour immobiliser n’importe quel animal. Ils causent la mort d’environ 100 personnes tous les 365 jours.


La méduse est un animal aquatique de la famille des cnidaires. Les Cubozoa sont particulièrement dangereuses pour l’homme. Elle se déplacent plus vites que les courants marins et sont assez fines pour paraître invisible à l’œil nu. Elle sont munies d’une vingtaines d’yeux à l’affût du moindre mouvement. On retrouve cette race dans la zone tropicale du pacifique indien, à la surface de l’océan. Son aspect long et transparent laisse pendre d’interminables tentacules venimeuses qui peuvent brûler la peau ou tuer les être vivants qui ont la malchance de les toucher. On compte près de 50 morts par ans dues aux blessures de méduses.


Les loups sont des mammifères de la famille des canidés. Il s’agit d’un animal glorieux et illustre dans notre culture à cause du rang éminent que lui ont attribués les romains dans leur tradition mythique (notamment dans l’histoire de la fondation de Rome). Il s’agit d’une espèce protégée qui a failli disparaître d’Europe de l’ouest avant que le militantisme écologiste ne remettent leur préservation au gout du jour. Ses canines aiguisées en font un prédateur de première classe dans les forets européennes. Il arrive que certains loups franchissent les enclos réservés aux moutons et dévorent des bêtes isolés à l’intérieurs des propriétés fermés par les éleveurs. Les meutes font près de 10 morts par ans chez les humains mais aucune en France depuis des décennies.


Les requins sont des animaux dangereux qui appartiennent à l’ordre des poissons. Avec les orques, ces monstres des mers sont l’une des espèces aquatiques les plus mortelles pour l’homme à cause de leur attirance pour le sang et les plages fréquentées. En confondant les surfeurs avec des otaries, les requins blancs mordent parfois les sportifs ou les nageurs qui s’aventurent un peu trop loin de la cote. Si sa proie ne se défend pas assez vigoureusement, elle est entraînée dans les fonds marins pour y être noyée et dévorée. Les requins font un peu moins de 10 victimes humaines chaque années. Ce qui n’est pas grand chose comparé aux millions de morts que causent la pêche légale de cette animal dans les pays asiatiques.

Cette liste n’est pas faite pour vous effrayer mais pour vous informer sur une notion certes cruelle, mais parfaitement naturelle. Nos sources s’appuient sur des rapports officiels de l’organisation mondial de la santé et sur des organigrammes graphiques qui répertorient les causes premières de décès chez les êtres humains. Bien qu’il ne faille pas réduire les animaux à ce seul aspect morbide, il ne faut pas non plus oublier que la sélection darwinienne est toujours à l’oeuvre dans le caractère dangereux d’une espèce. Qu’elles soient justifiées par la faim, la défense ou l’accident, les attaques d’animaux se font rarement pour le plaisir. Il est donc tout à fait pertinent pour les démographes et les chercheurs en zoologie de s’intéresser à ce genre de phénomène.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *